Et si la vraie écologie était citoyenne ?

Et si la vraie écologie était citoyenne ?

Depuis un certain temps des COP, sortes de grandes messes écologistes, sont organisés pour soit disant limiter le réchauffement climatique. Comme si il suffisait de mettre sur les volcans des panneaux ( éruption interdite) et au fond des océans des panneaux ( dérivation interdite). Tout cela est parfaitement ridicule. Il semble utile de revenir à un minimum de bon sens moins on transporte loin mieux c’est. Ainsi autant transformer sur place et consommer sur place ce dont nous avons besoin. En quoi est il raisonnable d’envoyer des grumes françaises en Chine pour qu’elles reviennent en France sous forme de parquets. Moins un pays importe mieux il se porte. La vraie écologie c’est de revenir à une production locale ou nationale en important que ce qu’il nous est impossible de produire.

Moins un pays importe mieux il se porte. La vraie écologie c’est de revenir à une production locale ou nationale en important que ce qu’il nous est impossible de produire.

Il semble judicieux de revoir aussi la directive travailleurs détachés qui provoque une pollution facilement évitable : faire venir des camions de l’autre bout de l’europe pour faire du cabotage en France est totalement déraisonnable. Il semble tout aussi malsain d’importer des produits que les départements d’outre mer peuvent fournir. En cela le patriotisme est aussi une forme de respect de l’environnement. Il est tout aussi important de respecter le rythme de la nature pourquoi vouloir des cerises en décembre et des noix fraiches en août. Ce n’est pas en taxant toujours plus que nous améliorerons notre environnement mais en consommant autrement en évitant les produits sous emballages plastiques en regardant la provenance des produits en se remettant à cuisiner bref en redevenant des êtres humains et pas des robots au service d’autres robots.

Ce ne seront jamais des colloques, entre pseudos spécialistes, qui feront évoluer le monde mais la prise de conscience de chacun qu’il est possible de vivre autrement. Quand on aime la nature, on ne peut que condamner le productivisme à tout va. Quand on aime la nature on s’occupe de son jardin sans piétiner celui de son voisin. Quand on aime la nature on achète des meubles en bois local et transformer au plus près. Quand on aime la nature on ne dit pas que les centrales thermiques et les éoliennes sont une solution d’avenir. Quand on aime la nature on ne contredit pas la biologie. Quand on aime la nature on vit au rythme des saisons.

Dimanche eurent lieux des élections : un parti se disant écologique a attiré des français de bonne foi en leur mentant éhontément. Car ce n’est pas en fermant des centrales nucléaires et en autorisant des produits toxiques que l’on peut se dire écologique. Ce n’est pas non plus en supprimant les voitures, seul outil de liberté, pour enfermer les français dans des trains sans rails que l’on améliorera la vie bien au contraire. Ce n’est pas non plus en faisant des enfants sans père ou sans mère que l’on respecte la nature. Et enfin ce n’est pas en déracinant les africains pour les amener en France que cela fera vivre l’Afrique.

Pour toutes ces raisons on peut constater que seules les citoyens défendent la nature quand les politiciens la martyrisent. 

 

RETOUR AUX ARTICLES

Laisser un commentaire