Pour une sécurité sociale de l’alimentation

Le projet de sécurité sociale de l’alimentation repose sur un financement par une cotisation sociale prise sur la valeur ajoutée produite par l’économie ; ainsi, toute expérimentation locale vers une sécurité sociale de l’alimentation ne pourra expérimenter ce type de dispositif.

D’autres pistes de financement sont à l’étude, des collectivités locales à l’Etat en passant par les fondations ou la participation citoyenne, qui doivent permettre à ces initiatives d’avancer, d’expérimenter. Mais ils ne peuvent en aucun cas démontrer qu’une sécurité sociale de l’alimentation peut fonctionner sans une politique macro-économique : les territoires les plus à même d’activer ces types de financements sont les plus en avance sur ces questions et les inégalités territoriales risquent de se retrouver renforcées par la mise en place locale de ce type d’initiatives, ce qui n’est pas du tout notre horizon.

Le projet de sécurité sociale de l’alimentation vise à une démocratie alimentaire la plus locale possible, tout en couplant ce dispositif avec une logique de droits universels pour l’ensemble des personnes habitant le territoire : c’est bien l’enjeu de cette collaboration avec des initiatives locales que de coupler les deux, pour se fédérer autour d’un projet commun !

Laisser un commentaire